Centralisation Presse « AM »

Ci-dessous, une concentration non-exhaustive des chroniques et autres articles concernant “The Odd Gallant : AM” (presse, blog, webzine, etc.) :

Prog-Résiste – Bernard Vincken – Coup de coeur
Chromatique – Jean-Philippe Haas
Profil
 – Marc Thibault – 4/5
Progstravangazza (interview)
Neoprog – Chfab – 3.5/5
Highlands Magazine 
Catherine Cordridex – ****
Progsphere (interview)
Progarchy
 (interview) 
Moshville 
(interview)
Zicazic/Zicazine – Fred Delforge
MusicInBelgium
François Becquart – 4/5
MusicWaves 
Corto1809 – 4/5
Progcritique 
Gabriel Badelier – 4.75/5
Clair & Obscur – Lucas Biela
Blog à part – Stéphane Gallay

presse quotes

Prog-Resiste :

Obsédé du concept, Guillaume Cazenave, âme rétamée autant que damnée à l’œuvre derrière ce projet (familial) nommé en référence à ce besoin humain, inné et de séduction, s’est imposé, tel unGeorges Perec ou un Raymond Queneau qui mettrait ses mots en musique, une contrainte à tiroir pour cet album, premier d’un diptyque destiné à parcourir l’alphabet, aujourd’hui de A à M (de là le titre, AM), demain de N à Z, aujourd’hui et demain avec la même exhaustivité (un morceau par lettre) et un exercice de style identique (le texte de chaque chanson n’est fait que de mots commençant par la lettre concernée). Bravade de potache autant qu’astuce créative, le procédé enfermerait si l’éclectisme sonore n’occupait assidûment l’avant-plan, ne prenait continûment le contrepied – si systématique qu’on pense à ce clavier perturbé, où pour un A il faut frapper le Z, et le reste à l’avenant  -, objectant et réfutant par une liberté qui pousse la diversité de l’arrangement à l’hétéroclite, au point qu’Alice y perdra aisément son lapin et ne saura vite plus de quel côté du miroir se trouve la vie, la vraie. Car, riches, les interventions musicales de Cazenave foisonnent, immixtions dans les territoires de Kurt Weill (le chant), de Frank Zappa (l’humour), ingérences dans des atmosphères, de la Nouvelle Orléans à l’Allemagne fumeuse des ‘30s, confluences de flux sonores aux coopérations surprenantes – on les eût plutôt crus en compétition flagrante -, affluences de teintes électriques, acoustiques (cordes, cuivres…), électroniques, indus, fortes et belles à la fois, nombreuses, nombreuses à ne pas laisser une coccinelle reprendre son souffle – peut-être le bémol de ce projet aussi ambitieux que passionné, au final (M), irrésistible de simplicité alambiquée.

Bernard Vincken.

Retour en haut

Chromatique :

Guillaume Cazenave n’est pas un parfait inconnu pour Chromatique, même s’il n’a pas été sous les feux de notre actualité depuis un bon moment. En 2007, l’un de nos chroniqueurs s’était ému pour Second System Syndrome, œuvre fourre-tout mêlant quantité de genres. Un entretien avec le compositeur avait suivi quelques temps plus tard. Puis celui-ci était retourné à ses activités d’écrivain notamment, jusque récemment où une levée de fonds en faveur du projet The Odd Gallant a vu le jour. Première partie d’un diptyque, AM est sorti vers la fin de l’année 2015.

Aux côtés du multi-instrumentiste, on trouve son frère Rémy à la basse, tandis que lemastering revient à quelqu’un qui ne nous est pas non plus inconnu : Pierre-Yves Marani, auteur lui aussi ces dernières années de quelques disques évoluant dans la galaxie progressive. L’ouverture d’esprit étant censée être la qualité première de notre lectorat, celui-ci saura reconnaître immédiatement les nombreux mérites de cette œuvre. Si la tendance générale est à l’électro-rock très sophistiqué, on ne peut décemment résumer ainsi plus d’une heure de musique : du jazz au classique à des bribes de trip-hop et d’indus, en passant par une pop sinueuse, The Odd Gallant construit un univers sonore unique, surprenant ou déroutant, mais dont la cohérence ne fait aucun doute. La voix grave et chaude de Cazenave est un élément central de l’album, chantant des suites de mots, martelant des idées, des concepts correspondant pour chaque titre à une lettre de l’alphabet, de A et M. « K » par exemple voit ainsi se côtoyer Kirkegaard, Kennedy, Kissinger et King Kong…

Moins furieux que Second System Syndrome, AM ne se complaît pas pour autant dans la mollesse : « F » et « G » par exemple ont leur lot de guitares saturées et de rythmiques puissantes. Dans l’ensemble, néanmoins, il ne s’agit guère d’assassiner les tympans. « D » et « E » penchent vers le classique, « J » sonne jazz, pendant que certains titres lorgnent vers la musique de film ou mêlent tous ces éléments avec d’autres genres encore… Armes à double tranchant, la diversité et la densité induisent forcément des passages moins marquants, que chacun ressentira selon ses préférences. Quelques respirations auraient probablement été les bienvenues : appréhender le tout d’une seule traite nécessite en effet un grand investissement et une haute disponibilité, malgré une production honnête et un mixage assez lisible.

Pour son retour à la musique, Guillaume Cazenave n’a donc pas fait les choses à moitié. Il faudra consacrer une quantité raisonnable d’heures à cet album généreux. Le temps presse toutefois : la seconde partie, NZ, est prévue pour 2016 ! Annoncée comme très différente, on peut se demander quelles directions restent encore à explorer. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs et donnons d’abord sa chance à AM.

Jean-Philippe Haas.

Retour en haut

Profil :

Album fourretout éclectique, The Odd Gallant AM n’est pas le type de création que l’on apprécie pleinement à la première écoute. J’avoue que ma première écoute m’a plus intrigué qu’autre chose ! Jazz, Space-Rock, Baroque, Rock, Prog ou Électro, tous s’emboitent en contretemps de manière assez savamment par Guillaume CAZENAVE, accompagné seulement par son frère Rémy à la basse. Beaucoup de styles musicaux se mêlent et se croisent, rappelant parfois Frank ZAPPA ou Devin TOWNSEND dans la façon de faire du Français. Ce cinquième album doit être décortiqué presque une pièce à la fois pour mieux apprécier le tout. Comme le dit lui-même Guillaume à propos de son bébé : ‘’ même s’il est probablement difficile à assimiler, il a surtout pour objectif de faire plaisir à tous ceux qui aiment les musiques un peu (beaucoup) aventureuses.’’ Les pièces sont nommées, comme le titre de l’album le dit, de A à M.

«A» débute de façon presque symphonique. Étant comme l’intro de «B», c’est une des pièces des plus accessibles de l’album à écouter.«B» est plus comme un Électro un peu vieillot. Le style reste le même pendant la totalité de la pièce. Rythmée et bonne.

«C» débute avec du piano avant de s’élancer dans le Rock, le Funk, et l’Électro / Techno. Il y a des bouts qui me font penser à du GENTLE GIANT. Amusant ! La fin de cette pièce sert aussi d’intro à la prochaine.

«D» est plus avec des accords simples de claviers et des musiques orchestrales entremêlées. «E» débute avec de la musique Classique, voir Baroque. Un peu noir, cette pièce fait beaucoup penser à certaines créations de Devin TOWNSEND, mais en plus mollo. Très Jazzée, cette création est comme un croisement entre ZAPPA et TOWNSEND! «F» est un Rock avec de la Sitar ou du banjo à travers. Plus Techno que Rock, RAMMSTEIN me vient tout de suite à l’idée lors de l’écoute !  L’intro de la prochaine pièce, comme les pistes ci-haut mentionnés, est à la fin de celle-ci.

«G» me fait un peu penser aux chansons des premiers albums de PORCUPINE TREE mais assaisonné d’une touche Devin TOWNSEND.

J’aime «H» pour son côté PINK FLOYD mêlé avec du PAIN OF SALVATION ou OPETH. La voix de CAZENAVE s’immisce bien la chanson avec son style Grunge, voir un peu Crooner.

«I» débute comme une chanson douce avant d’augmenter de tempo et de changer pour un style plus Rock Symphonique. La façon qu’il enchaine vers un style plus Électro-Rock après ± 4 minutes me plaisent bien : ça donne un petit côté mystérieux à la pièce. Ma préférée.

«J» est un amalgame de styles, passant du Jazz-Rock au Crooner au Baroque pour finaliser avec un petit riff Jazzé. «K» est très agréable à écouter. Le style de la pièce et la voix de CAZEVANE me fais encore penser aux pièces moins hard de PAIN OF SALVATION. Très bonne !

«L» est Électro au début avant de tomber dans le Crooner-Techno! «M» est un Jazz-Rock / Space-Rock psychédélique.

Un album à découvrir, ne serait-ce que pour trouver tous les styles qui s’y mêlent avec une certaine grâce. J’ai déjà hâte à NZ!

Cote 4/5

Retour en haut

Progstravangazza : (version originale, en anglais, ici)

Comment tu as commencé à faire de la musique ? Raconte-nous comment le “voyage” a débuté. 

En fait, très très jeune. Une de mes tantes, ma marraine, m’a offert un enregistreur à cassette quand j’ai eu deux ans. Une sorte de jouet, mais qui m’a duré des années, et que mes parents doivent garder dans un coin poussiéreux je pense. Comme j’avais aussi un clavier, je passais des heures à brailler sur cassette, en m’accompagnant comme je pouvais. En réalité, je me souviens qu’il y avait toujours beaucoup de musique à la maison. Et mon frère, ma sœur et moi avons baigné dans un contexte culturel assez soutenu. De plus, nous avons eu la chance, tous les trois, de commencer à apprendre la musique aux alentours de 3 ou 4 ans. Mes parents pensaient que c’était important de s’initier dès le plus jeune âge. J’ai donc appris le violon, puis la guitare, et vers 12 ans je remplissais des cahiers de partitions en imaginant que cela deviendrait des disques plus tard. La plupart de mes cahiers ont dû finir dans une décharge, ou traînent encore dans un grenier, je l’ignore… Ensuite j’ai joué dans quelques groupes mais ça ne suffisait pas à combler ma boulimie de musique et de création. Donc j’ai commencé à m’équiper en séquenceurs, synthés, tables de mixage, et tout l’attirail nécessaire pour enregistrer de la musique à moindre frais. J’ai eu de la chance que mes parents me laissent faire et m’encouragent. Mais j’étais un gentil fils. J Je ne sortais pas, je ne réclamais pas d’argent, et n’avais pas de fréquentations suspectes. J J’ai commencé à réaliser mes propres démos puis j’ai eu l’opportunité de faire des musiques pour des sites web, au tout début du web, du moins en France, à l’époque où les sites web s’accompagnaient de musique d’ambiance. Puis les projets se sont enchaînés. Quand j’ai eu 19 ans, j’ai envoyé une démo au label Musea et ils ont accepté de me distribuer. Même si, avec le recul, ces morceaux n’étaient vraiment pas très bons (j’étais jeune et j’avais des moyens extrêmement limités), ça m’a encouragé à poursuivre mes efforts.

Il semblerait que la musique n’est pas le seul art dans lequel tu t’illustres. Mais depuis quelques temps, c’est celui sur lequel tu concentre le plus. Pourquoi cette orientation ?

En réalité, j’ai appris à faire certaines choses parce que c’était plus rapide de les apprendre et de les réaliser moi-même, sans compter que j’étais un peu effrayé, aussi, à l’idée de « partager mon travail ». Quand je dis « certaines choses », je pense à la photo, à l’illustration, ou plus tard, à la réalisation et à la post-production de films par exemple. D’une manière ou d’une autre, je me suis retrouvé dans des situations où il « fallait juste faire le boulot ». Et puis, au fond, je trouve que, quelque soit le média utilisé, c’est un peu toujours la même relation au travail. Écrire de la musique, monter des films, créer des designs graphiques, tout ça se ressemble beaucoup. Il y a des objectifs et des compétences communs, bien que certains domaines nécessitent des temps d’apprentissages adaptés. C’est comme apprendre plusieurs langues. Plus on en apprend, plus c’est facile. Certaines sont moins évidentes, mais peu à peu notre système cérébral s’adapte. D’autre part j’ai toujours cherché à m’exprimer de différentes façons et, de fait, toute diversification me paraissait juste logique. Pour l’écriture de fiction, c’est différent puisque c’est un besoin que j’ai depuis toujours… Raconter des histoires, les coupler à une quête identitaire, c’est une motivation quotidienne… Sauf depuis un an ou deux, effectivement, puisque j’ai décidé que la musique devait être exclusive, dans la mesure du possible. La musique, c’est le seul domaine où je peux me permettre de m’exprimer sans contraintes, sans compromis, et donc bénéficier d’une totale liberté artistique. C’était loin d’être le cas ces dernières années quand je travaillais pour Terria Films. C’était une période très frustrante artistiquement. J’ai co-créé cette société pour travailler dans un domaine qui me plaisait mais les contraintes étaient telles que j’ai fini par être blasé par ce que nous réalisions. Du coup, j’ai décidé, avec mon associé, de mettre un terme à Terria Films pour me consacrer à ce qui me faisait le plus plaisir. La musique donc. Cependant, les 6 années passées à Terria Films ont été très enrichissantes et formatrices. J’avais besoin de passer par là. J’ai professionnalisé mes méthodes.

Est-ce que tu es satisfait de la position que tu occupes dans le monde de la musique ?

À vrai dire, je ne sais pas trop où je me situe dans le monde de la musique. J’ai la chance de pouvoir produire des disques sans chercher à bénéficier d’un retour monétaire. J’ai un travail alimentaire parallèlement à mes activités musicales, ce qui me permet de ne céder à aucun compromis. Et je ne souhaite surtout pas faire des disques dans une autre optique. Si mes albums me rapportent de l’argent, très bien, cet argent sera utilisé dans la production de nouveaux disques. Donc oui, je suis satisfait dans la mesure où je me sens totalement libre. Je ne cherche pas à plaire à qui que ce soit, si ce n’est d’abord à moi-même. Ensuite, je comprends bien que si j’avais un plus grand rayonnement, alors je pourrais imaginer des projets avec des ambitions nouvelles et davantage de collaborations peut-être. Ou même des concerts et des tournées. Mais je ne m’en formalise pas si ça ne se fait pas. Je ne me sens pas limité pour autant. Je suis content comme ça. Tant que j’ai l’impression de ne pas tourner en rond et, mieux, de m’améliorer, ça me va.

Je vois que Pink Floyd représente une énorme influence dans ton son. Est-ce que tu es d’accord et à quel point ce groupe influence ton travaiI ?

Avant d’être d’accord, je suis surtout honoré par ce compliment. Pink Floyd m’accompagne depuis que je suis capable d’entendre des sons. Je suis né en 1978 et j’ai été éduqué avec Pink Floyd. J’en suis totalement imprégné. Petit, quand on me demandait quel métier je voulais faire, je pensais à Gilmour. Je voulais faire comme lui. Aujourd’hui, je crois qu’il n’est pas exagéré de reconnaître que Pink Floyd a créé une des œuvres les plus importantes de la musique du XXème siècle, une œuvre qui dépasse largement le cadre de la musique. Chez Pink Floyd, il y a toujours cet objectif de perfection. Perfection sonore, émotionnelle, conceptuelle, graphique, etc. Et cela est d’autant plus remarquable que Pink Floyd donne l’impression d’avoir toujours pris des risques, quitte à déstabiliser son audience. Malgré leur succès colossal, ils sont restés insoumis. Je suis évidemment influencé par cette démarche, peut-être même plus fasciné qu’influencé. Même leur dernier et ultime album m’impressionne. Pour moi,  « The Endless River » pose cette question : « Qu’est-ce qu’une conclusion » ? Et la réponse qu’ils apportent est passionnante, autant que frustrante. Ces gens sont trop malins.

Quels autres groupes ou musiciens t’inspirent ?

Des tas ont une influence, toutes époques et tous styles confondus. Gustav Malher, Igor Stravinsky, Frank Zappa, John Coltrane, Robert Fripp, Brian Eno, Robert Wyatt, Magma, Steve Hillage, Massive Attack, Sinéad O’Connor, Dalëk, Bjork, Mike Patton, Leprous, etc. Vraiment, la liste est immense… Cependant, je pense que l’influence la plus importante est celle de Devin Townsend, dont la démarche musicale et la personnalité représentent à mes yeux une sorte de modèle auquel je suis très sensible. J’aime la façon dont il s’identifie à sa musique et comment sa musique, en retour, s’identifie à lui. Il y a quelque chose de très profond et de très intime dans le rapport qu’il entretient à son œuvre.

Où est-ce que tu puises ton inspiration quand tu travailles sur un nouveau projet ?

Je dis souvent que le quotidien est la source d’inspiration la plus évidente. Et cela est vrai quand je ne suis pas en train de composer ou d’enregistrer. N’importe quel évènement peut générer une ou des idées musicales. Cependant, quand je me retrouve derrière des instruments ou des machines, je crois que l’inspiration vient de la musique elle-même dans la mesure où ce qui se construit puise des références dans ma mémoire sonore ou théorique, ou au sein de contraintes que j’ai pu fixer. Des sons, des progressions d’accords, des rythmes peuvent générer des émotions instantanées et ces émotions, à leur tour, peuvent être à l’origine de nouvelles harmonies, ou accords, ou rythmiques, etc. Après ça, l’important, c’est les choix qui sont faits. C’est-à-dire, ce qui doit être gardé ou pas. Mais là il ne s’agit plus d’inspiration mais de travail.

Quels thématiques explores-tu dans les textes de AM ?

De part son concept « alphabétique », AM multiplie les thématiques et peut se comprendre, je crois, ou du mois je l’espère, de plusieurs façons possibles. Mais j’ai quand même envie de dire que l’ensemble des textes s’articulent autour de l’idée que la plupart des êtres humains sont animés par un besoin de séduire et d’être séduit et que cela les rend à la fois étranges, uniques, et pourtant identiques. Au-delà de ça, les textes de « AM » ne sont pas toujours évidents à décrypter…

Que penses-tu du rock progressif actuel ? Est-e que tu penses que tu penses que c’était mieux dans les années 70 ?

Récemment, j’ai lu dans un ouvrage d’Eymeric Leroy, que le rock progressif est une musique qui, par défaut, doit progresser. Donc changer. Et par ce principe, les groupes et artistes qui se réclament du « progressif » ne devraient même pas jouer la même musique. Du coup, parce qu’il est (ou doit) toujours être en progression, le rock progressif ne peut pas être défini. Mais on peut probablement identifier des époques, des « mouvances » influentes, selon le son et la technologie utilisée. Du coup, je ne veux pas chercher à généraliser en disant qu’aujourd’hui est mieux ou moins bien qu’avant. Pendant les années 70, j’ai néanmoins l’impression que le pourcentage de groupes ou artistes qui menaient une réflexion sérieuse sur leur travail était plus élevé qu’aujourd’hui. Pour être juste, il faut reconnaître que la consommation musicale actuelle n’est pas favorable à la musique dite progressive. Je crois que le « prog » n’a pas encore connue sa mue vers la musique dématérialisée, ou disons : qu’il n’est pas encore prêt à y « progresser ».

Retour en haut

Neoprog :

Voici un projet français, en quasi solo, assez pharamineux, même si, au final, l’impression d’une semi réussite demeure… Guillaume Cazenave, en activité depuis 1999, est aux commandes de ce premier volet (un diptyque étant prévu) en tant qu’auteur (textes, thèmes, propos), compositeur, multi instrumentiste (guitares, programmation) et enfin interprète (chant). Rémy Cazenave (son frère?) tient la basse. Enfin, un troisième couteau est crédité au mastering: Pierre-Yves Marani, histoire de peut être dire que la mise en son tient aussi un rôle important dans ce disque, ce qui sera confirmé à son écoute.
Cazenave est un touche à tout; bordelais de naissance, il manie déjà plusieurs casquettes, en plus de celles décrites ci-dessus; il s’intéresse à la production, au graphisme, à la réalisation et au roman! Un artiste complet somme toute?… Encore faut-il faire preuve de constance et de profondeur dans la multiplication des travaux… Nous nous attacherons à n’aborder que la musique ici présente, avant d’essayer de faire la synthèse exhaustive de cet artiste.

Autant le révéler d’entrée, le postulat de départ de ce déjà quatrième disque est très intéressant, puisqu’il est présenté comme une sorte d’expérience: décliner l’alphabet en musique, ici de la lettre A à la lettre M, comme l’annonce son titre. On pense inévitablement aux voyelles de Rimbaud, à l’abécédaire de Prévert, ou aux défis ludo-littéraires d’un Georges Perec, autant de supports que la mise en musique livrerait à une poétique débridée. Sur ce point le travail visuel et littéraire de ce disque s’incarnent parfaitement grâce au livret; copieux, stylé, inventif, et décliné dans une tonalité rouge vif. Un très bon point.
D’un point de vue musical, cette oeuvre apparaît d’emblée comme singulière, développant une ambiance assez étonnante, croisement improbable entre symphonisme orchestral, lenteur et musiques cycliques, décoration électro, paysage neo prog et excentricité métallique, évoquant tour à tour Devin Townsend, Pink Floyd, ou Mike Patton.

Cazenave, dont les possibilités mélodramatiques au chant s’avèrent être un bel atout, égraine ainsi de son voile de gorge chaleureux ou caressant des grappes de mots, déclinant de la façon la plus large possible toute la complexité de notre état d’humanité. Sur le papier, ça marche très bien, on croirait reconnaître les explorations phonétiques et rythmiques d’une langue (ici l’anglais) qu’un Gainsbourg a su si bien magnifier… Le résultat est pourtant un peu mitigé, malgré l’investissement plutôt bluffant de son auteur, dû à une mise en son de la voix un peu cotonneuse, en retrait pour ainsi dire, fait de plus accentué par une prononciation un peu imprécise. Dommage, car sur ce point on se doit, d’autant si c’est dans une autre langue que la sienne, d’être irréprochable; la diction se doit d’être précise, si ce n’est incisive ou méticuleuse, en un mot tout doit être entendu. Peter Hammill, par exemple, est un mentor indiscutable en ce domaine. Alors dommage vraiment, car on attendait du coup beaucoup de ce travail, entre vocabulaire, phonétique, et sens, ce qui augurait de jeter sur nos canons musicaux préférés une lumière un peu neuve. Au final, on en est cantonné à tendre l’oreille, voire scruter le livret mesure après mesure, sur format digital…

Ceci étant dit, et les amateurs de textes dans la musique progressive étant finalement tellement rares, on peut choisir de se focaliser sur la musique et seulement. De ce point de vue, le rendez-vous est plus qu’honoré, tant on y constate un soin incessant des arrangements, une variété des mélodies, des ambiances très travaillées, d’une densité permanente (un peu trop sur la longueur), convoquant toute une palette de sons (piano, cordes, cuivres, bois, Hammond, nappes fantômatiques, habillages post industriels) et d’influences; Kurt Weil pour le chant, la demie teinte et la lenteur, le Floyd pour les soli de guitare et l’esprit psyché, en plus de celles évoquées plus haut. Un sentiment tout particulier s’échappe de AM, nous faisant naviguer à la fois dans l’intime et le grandiloquent, réunissant des éléments simples, à l’évolution plutôt linéaire, d’apparence dépouillés, mais truffés de petits breaks samplés (on pense à Regal Worm, mais de loin), et le tout majoritairement recouvert d’un manteau d’opéra… Les rythmiques sont un peu sages, adoptant jusqu’au bout un mid tempo qui soit vous donne l’impression d’un seul long et beau voyage, soit d’un immobilisme peinant un peu à convaincre sur la durée. Pour ma part, je penche pour la seconde option, tant finalement ces compositions auraient mérité plus de contrastes, de tempo différents, d’accélérations ou d’aération en fin de compte sur tout de même 66 minutes de musique. Pour tout dire, passé un certain temps, on ne sait plus tout à fait où on se trouve dans l’oeuvre, et vous serez bien embêté de devoir la reprendre dans ses détails, tant il sera difficile de distinguer telle pièce d’une autre, la constance stylistique devenant son propre défaut en quelque sorte… Pourtant, chaque morceau parle de lui-même, incroyablement produit, et bourré de talent, mais… Trop de densité tue la densité?… Alors peut être que voir trop grand peut conduire au vertige, un effet qui, non maîtrisé, peut aussi noyer l’auditeur.
Il est sans doute encore un peu tôt pour juger pleinement de ce travail, au demeurant remarquable par son ambition, sa personnalité, et son fourmillement de détails. La suite et fin est à paraître, inévitablement intitulée NZ, et qui éclairera (ou non) ce premier opus d’un sentiment d’achèvement. Saluons quoi qu’il en soit ce disque plus qu’honorable, et franchement prometteur.

Retour en haut

Highlands :

Auteur, compositeur, réalisateur, romancier, graphiste, Guillaume Cazenave a plusieurs cordes à son arc et une expérience artistique qui se conjugue au pluriel. Un album paru il y a une dizaine d’années : Second System Syndrome, puis une grande pause occupée par des activités audiovisuelles.

En 2014 il se consacre à la musique pour composer et enregistrer son nouvel opus « AM » sous le nom ODD GALLANT. Treize morceaux dont chaque titre se nomme d’une lettre de l’alphabet. De A à M, d’où le nom de l’album, un thème central pour chaque morceau lié à sa lettre.

Il est entouré de N.Edrudt à la batterie de Rémy Cazenave, son frère, à la basse. L’album reflète les influences chères à Guillaume : Devin Townsend, Gong, King Crimson, Magma et Pink Floyd entre autres. Mais fait aussi référence à des artistes du répertoire classique comme Stravinsky ou Gustave Mahler.

Sa voix grave, un peu roque, se pose avec justesse sur des airs qui partent dans plusieurs directions, toujours avec inspiration. A e H restent dans une veine familière à nos oreille, intemporelles, avec une mélodie facile mais aussi plein de rebondissements et de surprises bien amenées. B e F plus modernes, plus rock, et avec des moments plus aventureux et recherchés. C, après une entame faite de bruits style gémissements laisse croire à un morceau édulcoré. Mais c’est avant que se développe un chant puissant, profond, soutenu par peu de notes. La mélodie s’intensifie avec rythme comme une lame de fond qui revient avec force.

Le travail voix et rythme, réalisé à la perfection, entoure le morceau d’un mystère certain. D et J avec une fin de composition moderne et prenante allie douceur et intensité. E semble brouillé. désordonné, après une entrée en matière arabisante. Préambule à un moment rock, plus dur et violent.

Changements d’ambiances fréquents, sons contemporaines, beaucoup d’énergie ressentie lors de l’écoute. Magma en arrière plan, G laisse passe un peu plus inaperçu avant qu’un solo de batterie le réveille. Il dialogue avec le chant pour un bon moment de rock progressif. I s’apparente au jazz avec un saxophone présent tout au long d’un titre qui digresse de son thème, s’évade vers des horizons incertains. K et L comme un kaléidoscope du talent de CAZENAVE.

Variété, complexité, écriture rigoureuse, chant  expressif et équilibré. Chaque séquence traitée dans les compositions pourrait constituer un morceau à elle seule. Elle s’inscrit dans une déclinaison de l’histoire de la musique et se feuillette comme les pages d’un dictionnaire. La lettre M arrive.

Et M ressemble à A pour nous donner des regrets que l’album soit fini. Un concept original bien exploité. Un univers personnel riche et luxuriant qui s’ouvre vers les auditeurs et qu’ils peuvent partager.

Une envie : que certaines pistes voient un développement plus poussé. Un beau programme à venir pour aller de N à Z.

Note : ****

Catherine Cordridex.

Retour en haut

Progsphere (interview) : (version originale en anglais, ici)

Tu peux définir la mission de The Odd Gallant ?

Je ne crois pas avoir défini une mission précise concernant de The Odd Gallant. Lorsque j’ai commencé ce projet, je ne voulais plus sortir de disques sous mon nom. Donc j’ai réfléchi à un « titre » générique qui pourrait symboliser la personne que je pensais être. Puis j’ai trouvé que la réunion de ces deux termes, Odd et Gallant, avait quelque chose d’universel qui pouvait définir probablement tout un chacun. The Odd Gallant évoque à la fois le besoin d’aller vers les autres et de s’adapter, tout en rappelant que nous sommes des individus uniques dont l’éducation, le parcours et les conventions sociales nous rendent bizarres, imprévisibles, et souvent en focus sur nous-mêmes. La mission, si mission il y a, était donc de suivre la direction artistique que ce titre impulsait. C’est-à-dire, dans un premier temps, proposer une musique à la fois bizarre et séduisante. Maintenant, je préfère aussi dire que, en tous cas pour moi, The Odd Gallant est davantage une quête qu’une mission. Personnellement, je cherche à réaliser le disque que j’aurais voulu découvrir en tant qu’auditeur et que j’aurais trouvé « parfait ». C’est une quête impossible, je le sais bien, mais elle est motivante. En y réfléchissant, je suis certain de ne m’être imposé aucune mission. Je ne cherche pas à prouver quoi que ce soit, ni convaincre personne. Ou alors, à la limite, je pourrais soutenir que la mission de The Odd Gallant, c’est essayer de séduire ses auditeurs sans jamais pourtant s’autoriser de limites artistiques.

Parle-moi du processus créatif qui a permis de réaliser ton dernier album “The Odd Gallant : AM” ainsi que des thématiques que le disque évoque.

L’idée qui est à l’origine de « AM », c’est de développer un disque selon une construction de type alphabétique. 26 morceaux, chacun ayant pour titre une lettre de l’alphabet. De A jusqu’à Z. En réfléchissant à l’architecture du projet, je suis très vite arrivé à la conclusion que j’allais devoir produire deux albums. Le premier, « AM », le second, « NZ ». Bien sûr, j’aurai pu faire directement un double album mais, à l’époque, ça me semblait peu raisonnable. Une fois que cette base était posée, j’ai pu affiner le concept et commencer, enfin, à penser à la construction de « AM ». Avant de commencer à m’intéresser au contenu des morceaux, je réfléchis surtout au disque dans sa totalité. Comme un scénario, avec ses changements de rythmes, ses twists, ses arcs narratifs, ses ambiances, etc. Je crois qu’il y a une corrélation évidente entre réaliser un album et monter un film. Quand j’enregistre, c’est à ce moment que je m’attarde spécifiquement sur la composition pure et les arrangements. Même si le plus souvent je me laisse guider par l’impulsion d’une ou plusieurs idées fondatrices. En général, je passe à la partie suivante d’un morceau uniquement lorsque je suis satisfait du rendu global et que je ne pense pas pouvoir faire mieux. Mes démos sont ainsi très travaillées. Très précises. Ce qui ne signifie pas que je ne les retravaille pas ensuite. Parce que les morceaux peuvent changer selon la façon dont se construit (ou se réoriente) le disque. Donc je suis obligé de penser aux compos même lorsqu’elles sont censées être achevées. À la fin, le résultat est systématiquement très différent de ce que j’imaginais au départ, surtout pour un disque comme « AM » qui s’est réalisé sur une durée plutôt longue. Quant à comment viennent les idées, les ambiances… je ne sais pas. Je crois qu’au fond, la musique que je « fabrique » n’est juste qu’un mélange aléatoire de mes influences et des mes goûts, selon le moment et selon les événements du quotidien. J’essaie de faire la musique que j’aimerai découvrir et donc, forcément, elle synthétise ce que j’écoute le plus, ou ai écouté le plus. Certains trouveront cela orignal, d’autres moins. Quant aux thématiques qui orientent l’écriture de « AM », elles s’articulent presque systématiquement autour de ces questions identitaires que génère le besoin de séduire et d’être séduit. C’est un champ vaste, je l’accorde, mais c’est la clef je crois pour comprendre l’intention du disque.

C’est quoi le message que tu veux faire passer avec AM ?

Euh… Qu’il faut assumer sa bizarrerie et respecter celle des autres ? Ou que l’unicité de chacun participe, ou devrait participer, à la richesse de notre espèce ? Comme l’alphabet d’ailleurs. Une lettre c’est bien, c’est particulier, mais le mélange de toutes les lettres, c’est magique. Enfin ça peut. Faut des règles pour ça, quand même.

Comment tu transcris la musique une fois qu’elle a été composée ?

Le plus souvent, j’édite en midi depuis Cubase les partitions de chaque instrument de manière à pouvoir les fournir à d’éventuels musiciens. Pour les parties que j’interprète, je dois avouer que je ne garde que peu de traces écrites. Je les compose, les joue et les enregistre aussitôt. Parfois je note quelques mentions sur la façon dont je les ai jouées, avec quel son, quelle technique, etc., mais je reconnais ne pas être toujours sérieux sur ce point. Je veux faire confiance à ma mémoire alors que je sais qu’elle n’en est pas digne. J Donc quand j’ai besoin de documents écrits, je dois donc passer un peu de temps avec la guitare pour retranscrire mes propres compos. Mais dorénavant, je vais essayer de faire ça plus consciencieusement. Pour les textes, j’ai des pages et des pages de brouillons. Je les ai archivés dans un tiroir, sans savoir pourquoi. Par bête matérialisme, je pense.

Est-ce que l’assemblage de tous les morceaux a été soigneusement pensé?

Pour moi, AM ne contient qu’un seul morceau. J’ai parlé de film, plus tôt, et c’est un peu ça. Tout s’enchaîne. J’ai voulu une fluidité constante de la première à la dernière seconde. Pour cette raison, l’architecture du disque a été précisément élaborée pour que chaque morceau s’emboîte avec les autres. De plus, le concept « alphabétique » du disque m’a obligé à n’avoir que peu d’options. Quand je commençais à écrire un morceau, je savais déjà où il serait placé dans le disque. Mon plan était strict. La seule amplitude que j’avais, c’était de supprimer un morceau quand je trouvais que sa position dans la structure du disque ne convenait pas. Puis il fallait recommencer jusqu’à ce que ça matche. C’est arrivé souvent.

Tu nous expliques comment se sont déroulés les enregistrements de l’album ?

Cette fois, j’ai procédé d’une façon plutôt simple, contrairement à mon album précédent, Second System Syndrome, que je remixais et re-enregistrais à répétition, de façon plutôt expérimentale. Là, pour AM, j’ai composé et enregistré la plupart des instruments en même temps jusqu’à obtenir des playbacks définitifs. Puis j’ai enregistré toutes les voix, peut-être pendant un an, ce qui est un période assez longue pour cette étape mais le projet a beaucoup évolué pendant ce délai, surtout parce que j’écrivais les textes juste avant de les enregistrer. Enfin, mon frère, Rémy, a enregistré toutes les parties de basses. Le mixage a été très rapide ensuite, presque une formalité, car je mixais aussitôt après que les voix étaient en boîte. Pour NZ, il y aura peut-être davantage d’intervenants, donc je m’adapterai.

Combien de temps a duré la production de AM ?

Entre 4 et 5 ans, ce qui est un processus de création énorme, trop favorable à des moments de doutes récurrents. Pendant les trois premières années, j’étais soumis à des obligations professionnelles et familiales très chronophages. Ensuite, j’ai pu mieux m’organiser. J’ai construit un nouveau home-studio et j’ai pris mon temps. Au final, j’ai quand même quelques heures de chutes inutilisables, que je devrais d’ailleurs effacer définitivement pour ne pas être tenté de les exploiter. Pour NZ, l’affaire devrait être pliée en un an. En règle générale, je vais plutôt vite. Et puis, là, je suis dans une bonne dynamique. J

Quels groupes et quels artistes ont influencé ton travail pendant l’enregistrement de AM ?

Je ne pense pas m’être inspiré spécifiquement d’un groupe ou d’un artiste. Comme je le disais plus tôt, mes humeurs quotidiennes m’inspirent beaucoup donc la plupart des disques qui me passent entre les oreilles ont vocation à m’influencer. Mais je n’ai jamais décidé d’écouter tel ou tel artiste afin de m’imprégner de son travail, et me dire « je veux sonner comme ça ». Cependant, pour être franc, je me souviens que pendant la production de AM, j’ai souvent écouté l’album Coal, de Leprous. Mais je ne suis pourtant pas certain que leur influence soit perceptible dans AM. Quoi que…

Quelle est ton opinion à propos de la technologie dans la musique ?

Je considère que la technologie est un instrument de musique au même titre qu’une guitare ou une batterie par exemple. Il faut apprendre à bien s’en servir, évidemment, dans un objectif de création autant que dans un souci d’économie de moyens. Les technologies les plus récentes éliminent beaucoup de contraintes mais, en contrepartie, elles en créent aussi de nouvelles. Il faut être performant dans sa sélectivité. Et ne pas avoir peur de s’exprimer différemment.

Est-ce que, selon toi, la musique de The Odd Gallant sert un but qui va au-delà de la musique ?

Si je me fie à mon expérience personnelle, je dois admettre que certains disques, ou films, ou livres, ont joué, et jouent encore, un rôle important dans mon parcours de vie. Certaines œuvres m’accompagnent depuis des années. Alors je suppose que cet album peut lui aussi symboliser quelque chose de fort pour quiconque. Mais je ne peux pas savoir quoi. La musique a cette capacité très forte d’impacter le réel, les choix, l’histoire, les gens, la vie donc.

Est-ce que tu travailles déjà sur sur de nouveaux projets ?

Avant tout, je veux produire NZ pour finir cet alphabet musical initié avec AM. C’est ma priorité, et je suis motivé pour le faire maintenant et dans un proche futur. Après ça, j’ai d’autres projets en tête mais, par expérience, je sais qu’il y a peu de chances que les choses se passent comme prévues. J’essaie donc donc de ne plus trop prévoir à l’avance.

Retour en haut

Progarchy (interview) : (version originale en anglais ici)

Hey, Guillaume, comment ça va ?

Super, merci. Un peu fatigué ce soir. L’actualité est chargée en France ces jours-ci, ce n’est pas très reposant… rester concentrer sur des activités et problématiques quotidiennes n’est donc pas toujours évident. Mais ça va, je me sens tout à fait opérationnel pour répondre à tes questions.

Tu viens de sortir “AM”. Comment tu te sens à ce propos ?

Je me sens à la fois soulagé et angoissé. C’est une sensation particulière de partager un travail qui a mis tant de temps à se concrétiser et dont on a été, à quelques rares exceptions, le seul « architecte ». Soulagé parce qu’il était temps de passer à autre chose. Et angoissé parce que… je commence à me dire que j’aurai peut-être pu faire mieux. J Mais heureusement je suis très satisfait de l’accueil qui jusqu’à aujourd’hui a été réservé à AM. La plupart des retours semblent s’accorder à dire que l’album se distingue par son originalité, ce qui me fait plaisir et m’incite à produire NZ, la deuxième partie du projet, le plus tôt possible. Prendre connaissance de ces retours me permet aussi de véritablement couper le cordon avec ce premier opus, qui a été, comme je le suggérais plus tôt, une épreuve longue et éprouvante. L’angoisse en question se fait dominer par le soulagement.

À quel point c’était un challenge de travailler sur cet album ?

La production de ce disque a été une succession de challenges. La préparation, l’écriture, l’enregistrement, le mixage, l’artwork… Tout cela a été très compliqué à gérer. La faute à un concept contraignant et à des obligations quotidiennes chronophages. La faute surtout à une ambition un peu folle dont je ne mesure pas encore tout à fait la portée… puisque NZ s’annonçe largement plus dingo que AM, c’est dire. Au final, je crois que le plus gros défi aura été de rester convaincu, approximativement pendant 4 ans, que cette idée d’écrire des morceaux dont les textes commencent tous par la même lettre était vraiment une bonne idée. À de nombreuses occasions, je dois admettre en avoir douté. Mais maintenant qu’AM est achevé, je sais que je ne peux plus remettre en cause cela… C’est pourquoi, en fait, NZ devrait probablement s’apparenter à une simple formalité… J’ai dit « probablement ». Le défi, pour NZ, sera surtout de se renouveler tout en restant cohérent.

Comment est la scène rock/metal progressif bordelaise en ce moment ?

Bordeaux n’est pas une ville précisément très “progressive” je crois. Je dis je crois parce que je ne suis pas très au fait de la scène musicale bordelaise et je peux donc me tromper. J’ai assisté plusieurs fois au festival Crescendo qui se déroule en région bordelaise depuis une quinzaine d’années, et qui a attiré des formations de premier plan. Ils font un travail remarquable. Il y a aussi quelques associations inévitables, je pense à Eclipse qui a fait beaucoup pour faire vivre le « prog » dans la région… mais à part ça… il y a quelques formations excellentes. J’ai découvert récemment et tout à fait par hasard le groupe Seven Eyed Crow qui m’a fait une belle et grosse première impression. Je n’ai pas encore écouté leur disque (Dark Ways to the Sun) mais j’envisage de le faire très prochainement. Le peu que j’ai testé m’a semblé d’excellente facture.

Tu penses quoi de la nouvelle vague de groupes progressifs ?

Je suis partagé. Quelques groupes me semblent dignes d’intérêt mais la majorité semble surtout se limiter à « sonner comme » untel ou untel. Le niveau technique est impressionnant, les productions des albums souvent très bonnes et plaisantes, mais… je ne sais pas. Je trouve que peu de groupes ou d’artistes essaient vraiment de prendre des risques. Certains y arrivent pourtant, je pense à Leprous par exemple, dont les albums sont exemplaires. Je me souviens aussi avoir beaucoup apprécié les deux disques d’Indukti, mais je ne sais pas ce qu’ils font maintenant. Shaolin Death Squad m’attire assez, même s’ils restent assez proches de leurs influences les plus évidentes, ce qui les situe quand même à la frontière des musiques dites progressives. Ah oui, j’adore Jolly. Les deux Audio Guide to Happiness sont superbes. Et j’ai trouvé que l’album de Circle Of Illusions était très réussi. Ceux d’Haken sont aussi remarquables. En France, 6:33 s’impose. Bon, le mouvement Djent m’ennuie un peu, même si les intentions me paraissent louables… D’autres parts, les représentants actuels des mouvements purement progressifs, rock ou metal, ont l’air de s’essouffler un peu. Steven Wilson fait du Steven Wilson (n’en déplaise à beaucoup, son hand.cannot.erase est quand même… ridé), Riverside est de plus en plus lisse (alors que Duda est formidable avec ses Lunatic Soul), Dream Theater semble usé jusqu’au trognon, The Flower Kings ont trop regardé en arrière, Ayreon se recycle, Anathema a trouvé son équilibre depuis deux trois albums (magiques) mais donne l’impression de s’en satisfaire… etc. Je me dis que les formations les plus intéressantes sont sans doute mal médiatisées. Je préfère m’intéresser à des groupes comme, par exemple, Screaming Headless Torsos. Le registre s’apparente plus à de la fusion mais il y a davantage de prises de risques.

Est-ce que tu peux nous parler de tes influences ?

Elles sont nombreuses et variées. Mais les principales réunissent Devin Townsend, Mike Patton et Pink Floyd. King Crimson aussi. Et Magma bien entendu. Un journaliste (Luca Biela, de Clair & Obscur, entre autre), a trouvé juste d’évoquer une filiation avec Frank Zappa. Je n’avais jamais pensé à Zappa comme à une influence majeure mais je dois reconnaître que c’est sans doute exact. Surtout que j’ai usé Joe’s Garage jusqu’à la moelle. En fait, j’ai remarqué que j’étais plus influencé par la démarche artistique de ces compositeurs que par leur musique.

Tu écoutes quoi en ce moment ?

J’écoute ma playlist Shazam sur Spotify. Avec des trucs bizarres. Ou alors très pop. Je pense en particulier à un morceau, Unstoppable de Dianne LaHavas. Très beau. Il revient souvent. Et mon fils écoute la BO de Cars. Donc j’écoute aussi.

Tes cinq albums préférés de tous les temps ?

Je peux en citer trois sans hésitation. Infinity, de Devin Townsend. Dark Side Of the Moon, de Pink Floyd et Mr Bungle, de Mr Bungle. Selon moi, ces trois albums réunissent l’innovation, l’émotion, la technique, et bénéficient d’une construction parfaite. Après, j’hésite… Probablement un album de Robert Wyatt (Rock Bottom ?) et un autre de King Crimson (Discipline ? Red ?). Et je considère que Sunsets on Empire, de Fish, frôle le chef d’œuvre de peu. Sans le morceau « Change of Heart », qui est un peu en dessous du reste, c’était dans la poche.

Est-ce que tu peux me parler du materiel utilisé pour l’enregistrement de “AM” ?

J’ai principalement enregistré la totalité du disque sur Cubase. J’utilise le soft depuis… 20 ans… et toutes ses versions m’ont toujours convenu. J’utilise un Triton Korg pour le synthé principal, que je coordonne avec certains plug-ins de Native Instruments, Komplete en particulier. Pour les guitares, j’utilise le plus souvent une bonne vieille Gibson Les Paul. Et une Ibanez Sabre S2020X, équipée de micros Piezzo. Pour les parties de guitare acoustiques, j’emploie une Takamine dont j’ai oublié la référence… À propos des effets guitares, je  jongle entre du harware et du software. Mpxg2 de Lexicon, ou Guitar Rig et Amplitube. Mais je vais essayer de renouveler tout ça pour « NZ ».

Outre la sortie de l’album, est-ce que tu as des projets pour le futur ?

Oui, la priorité, c’est donc « NZ » qui est la suite de « AM ». Je pense aussi produire un album plus « simple » et majoritairement instrumental, qui devrait s’appeler « One Sweet Hand ». J’aimerai le co-écrire avec mon frère Rémy, qui a tenu les basses sur AM, et dont le talent est indéniable. Mais je crois qu’il pense surtout à ses propres projets, pour l’instant. On verra. Et peut-être que j’essaierai d’organiser un concert unique, dans deux ou trois ans, au cours duquel je jouerai « AM » et « NZ » en intégralité. Quelque chose de très festif.

Quelque chose à ajouter pour de potentiels nouveaux fans ?

Déjà, merci d’avoir lu cette interview jusqu’au bout. Je suis un peu bavard mais j’espère avoir donné envie de jeter une oreille sur mon disque AM. C’est d’ailleurs aussi un disque bavard.

Retour en haut

Moshville (interview) : (version originale, en anglais, ici)

Ok, avant de commencer à parler de musique, comment va la vie ?

Bonjour, la vie va très bien pour moi, merci de me poser la question, même si l’actualité affligeante des dernières semaines s’avère déboussolante. Depuis quelques temps, j’ai surtout l’impression d’observer le monde, et l’histoire, la Grande Histoire, le passé, les futurs probables, depuis une bulle, une sorte de monde parallèle dont les frontières seraient composées des multiples écrans qui nous entourent. Nous sommes spectateurs d’autrui, et pire, de nous-mêmes. C’est déstabilisant de remarquer à quel point la vie est complexe et la nature humaine imprévisible… Néanmoins je savoure tous les jours la chance que j’ai de vivre entouré des gens que j’aime, et je la savoure d’autant plus, cette chance, que je peux occuper mon corps et mon esprit à des activités que je choisis et qui me conviennent.

Parlons donc de musique maintenant. Tu viens juste de sortir un nouvel album avec ton projet The Odd Gallant. Est-ce que tu es satisfait de l’accueil qu’il reçoit ?

L’accueil est, à ce jour, tout à fait enthousiasmant. Et j’en suis rassuré. En vérité, j’étais curieux de recevoir les premiers retours car, pour moi, ce projet me paraissait plus accessible que mes précédents disques mais aussi, paradoxalement, beaucoup plus “pointu”. Et je savais que mon jugement, après de longs mois le nez dans le guidon, avait perdu toute objectivité. Jusqu’à ce jour, je constate une certaine cohérence dans les avis que je reçois. Les auditeurs et la presse sont sensibles, je crois, à l’originalité qui se dégage du projet, tant dans le fond que dans la forme. Et certains d’entre eux sont vraiment très, très exaltés. Je pensais qu’il faudrait probablement plusieurs écoutes avant de cerner un peu le disque mais, d’après ce que j’en retiens, il semblerait que l’adhésion soit plus rapide. Comme je le disais tout à l’heure, je trouve ça rassurant et je m’en satisfais donc. Tous ces retours permettent, en quelque sorte, de percer la bulle dont je parlais tout à l’heure. Dans tous les cas, la totalité de ces retours motivent énormément mon besoin de produire « NZ », la deuxième partie du projet.

“AM”, c’est quoi en fait ?

AM fonctionne selon un principe conceptuel qu’il est intéressant, je suppose, de découvrir avec la musique. Non pas que je veuille faire du teasing en ne révélant pas grand chose, mais je crois sincèrement qu’il est bien de découvrir le disque sans trop savoir à quoi s’attendre. Le concept a été assez contraignant pour moi car il imposait une écriture spécifique. La plus grosse difficulté a été de faire en sorte que la musique ne soit pas étouffée par ce moteur conceptuel. L’important, avant tout, était de proposer une musique forte, marquante, émotionnelle, et il n’était surtout pas question de montrer que j’étais capable de faire quelque chose d’intelligent ou de virtuose. Pour moi, le concept de cet album devait surtout me servir à orienter mon écriture et obtenir une œuvre cohérente. Sinon, je crois que le titre « The Odd Gallant » résume bien le disque. J’ai trouvé une astuce pour présenter le projet, c’est de donner les définitions de ces deux termes, Odd et Gallant. Odd : (adj) unusual or peculiar in appearance, character, etc. Gallant : (n) a brave, high-spirited, or adventurous man .’ Si on établit une parallèle entre ces définitions et les intentions musicales de cet album, alors on comprend ce que j’ai essayé de réaliser. J AM, c’est une sorte de rock progressif expérimental, tendu, qui devrait plaire à ceux qui apprécient que les genres soient brouillés.

Est-ce que tu as des projets de tournée ?

Non, aucun plan pour le moment. D’abord par manque de temps, ensuite pour une question de moyens, et enfin parce que je n’en ai simplement pas envie pour le moment. Certes je pourrais arranger la musique de The Odd Gallant de manière à ce qu’elle soit jouable sur scène mais je crois que je n’ai pas le courage ni la confiance pour réaliser cela. En outre, interpréter ces morceaux en live, avec un groupe, nécessiterait un investissement trop énorme de la part des musiciens avec qui je pourrais jouer. Non, pour que j’envisage de faire des concerts, il faudrait que je compose un disque en ayant pour objectif de le jouer sur scène ; à ce jour, je crois que la plupart des morceaux que j’ai produits seraient peut-être pénibles à découvrir en live. Je me souviens avoir vu Fantômas, il y a quelques années, au Bataclan d’ailleurs, et la prestation avait plutôt été déstabilisante. Impressionnante, certes, mais j’ai gardé le souvenir que cette musique était plus adaptée dans un salon que dans un contexte de spectacle vivant. J’ai vu plusieurs fois Devin Townsend en concert aussi, et même si lui est merveilleux, sa musique est trop riche pour être appréciée ainsi. La musique de The Odd Gallant n’est pas aussi radicale que Fantômas, et ne ressemble pas vraiment à celle de Devin Townsend,  bien sûr, mais je reste certain qu’elle est trop atypique pour être produite en live. Pour autant, je rêve de fêter mes 40 ans lors d’un concert unique où AM et NZ seraient interprétés intégralement. Mais, même s’il reste encore du temps avant cette date, je crois que le projet pourrait rester dans le domaine du fantasme. Ou peut-être dois-je l’envisager différemment ?

Puisqu’on parle de tournée, dans quelle pays aimerais-tu jouer ?

Pour être franc, je n’ai jamais réfléchi à la question. Quand je vois les calendriers des tournées d’artistes que j’aime suivre, je me demande dans quelle mesure ils profitent des habitants et de la culture des pays où ils se produisent. Dans ce cas, il me paraît vain de vouloir tourner dans tel ou tel pays, mais je me trompe sûrement par manque d’expérience. Je pense que, idéalement, j’aimerai préparer un « tour du monde » et jouer de temps en temps dans une ville spécifique, comme une signature de mon passage. J L’Australie, je pense que c’est un pays que j’aimerais visiter de cette façon. Prendre un break de trois mois et jouer 5 ou 6 concerts. Ah ah ! Mais bon, ce genre de projet est clairement infaisable. Sinon, et là encore on est dans le registre du fantasme, j’aimerai aussi jouer dans les villes où Louise Brooks a vécu. Ce serait une sorte de « The Louise Brooks World Tour »… À part ça, j’imagine qu’un petit club à Londres ou New York serait impressionnant pour moi, mais parfait pour le kif.

Qu’est-ce qui ‘inspire le plus ? Et qui ?

Mon quotidien est ce qui m’inspire le plus. Le présent, je veux dire. Les livres que je lis, les conversations que je partage, les gens que je rencontre, les films que je vois, les disques que j’écoute, les sites web que je consulte… Tout ce qui m’entoure, sans exception, a vocation à être inspirant, à condition que je travaille avec régularité bien sûr, et que je sois bien disposé à orienter mes pensées vers un processus créatif. Mais à ce niveau, je crois que je suis assidu.

Quant aux personnes qui m’inspirent, je ne sais pas vraiment. Je ne crois pas être inspiré par des gens spécifiques. Certains me fascinent, mais ils ne m’inspirent pas forcément. J’ai souvent parlé de Devin Townsend et de Louise Brooks, qui sont plutôt des exemples pour moi. Sans considérer sa musique (qui est pourtant une influence certaine), Devin m’a toujours évoqué une sorte de grand frère. Je l’ai découvert à 14 ans, il devait en avoir 19, et il m’a plu d’emblée, ça ne s’explique pas. Et son parcours, et sa personnalité surtout, ont confirmé cet attachement… Louise Brooks, c’est différent, elle symbolise une sorte de mythe plutôt, mais un mythe qui souffrait d’en être un… Et ça me touche. Donc j’imagine que ça m’inspire aussi.J

Quel genre du musique tu écoutes ?

Peu importe le genre si j’y perçois une technique musicale évidente et des émotions aussi sincères qu’aventureuses. Je suis sensible à l’innovation sonore aussi, et cela peut évidemment se nicher dans tous les styles de musique. Je ne suis hostile à aucun genre particulier, en fait. Mais j’ai mais habitudes, bien sûr, et on ne peut pas toujours être en recherche de nouveautés. J’écoute des artistes liés aux genres progressifs, j’écoute du jazz, de l’électro, du funk, de l’ambiant, du post-rock… J’aime bien coupler Shazam et Spotify. Dès que j’entends quelque chose d’inconnu, et qui a le potentiel de me plaire, je le shazame puis l’organise dans une playlist sur Spotify. Ensuite, lorsque je découvre un artiste qui me plaît, j’écoute la radio qui lui est consacrée, et je fais parfois de belles découvertes. Au final, mes playlists sont très diversifiées, peut-être trop. Je remarque que, le plus souvent, j’ai tendance à choisir des musiques de plus en plus « calmes » et easy listening. Surtout parce que j’ai peu de temps pour écouter consciencieusement des albums qui m’intéressent. Alors je mets de la musique qui nécessite un minimum de concentration pendant que je fais autre chose.

Est-ce que parmi les styles de musiques que tu écoutes, certains ont un impact sur la musique que tu composes ?

Bien sûr, et c’est d’ailleurs sûrement parce que j’ai des goûts très vastes que ma musique n’est pas facile à catégoriser. Et comme je le mentionnais tout à l’heure, le quotidien est inspirant. Ainsi, et quelque soit le genre de musique que j’écoute, je peux y déceler un élément qui donnera naissance à une idée que je pourrais adapter à mes projets, tant dans le son, les arrangements que dans la technique instrumentale.

Merci beaucoup de nous avoir consacré de ton temps aujourd’hui. Est-ce qu’il y a quelque chose que tu voudrais ajouter avant qu’on se quitte ?

Merci à vous. Merci de me faire bénéficier de cette vitrine, et merci de la pertinence de vos questions, qui m’ont beaucoup intéressé. J’espère que  cet album est ou sera à votre goût… Je vais quand même rajouter autre chose, totalement déplacée je pense, mais pourquoi pas… Bref, j’envisage de m’acheter une PS4. Je n’ai jamais été gamer même si l’univers du jeu vidéo m’intéresse depuis Mario Bros et Zelda. Je sais que je devrais plutôt consacrer mon temps à produire NZ mais j’ai envie d’expérimenter The Last Of Us. Donc : est-ce que vous avez des arguments pour me convaincre de ne pas m’équiper ? Ou alors vous me conseillez quoi comme autre jeu ? Quelque chose de pas commercial, mais d’intense, créatif et original ?

Retour en haut

Zicazic/Zicazine :

Bordelais d’origine, Guillaume Cazenave est auteur, compositeur et interprète mais aussi graphiste, réalisateur et romancier, autant de casquettes qu’il change de temps à autres et avec lesquelles il s’investit pleinement dans divers projets qu’il mène lentement mais sûrement jusqu’à leur terme. Découvert il y a près de dix ans avec son album « Second System Syndrome », l’artiste a ensuite consacré une grande partie son temps à l’écriture et à ses activités audiovisuelles avant de s’offrir une parenthèse en 2014 pour composer et enregistrer ce nouvel opus paru sur le nom de scène de The Odd Gallant. Influencé par des génies torturés comme Devin Townsend, Mike Patton, King Crimson ou encore Magma, Guillaume Cazenave est ainsi parti vers le versant le plus expérimental du rock progressif et si de temps à autres surnagent quelques accents qui ne sont pas sans rappeler le Floyd, c’est en s’aventurant aussi du côté de la musique classique avec des références à Mahler ou à Stravinsky que The Odd Gallant s’efforce de trouver sa propre personnalité. Habité par la présence posthume de l’actrice Louise Brooks, star du muet dans les années 20, « AM » s’offre une dimension toute particulière et monte très haut dans les tours avec des titres tellement bien pensés qu’ils n’ont d’autre nom que des lettres qui les classent dans un ordre alphabétique parfait, lettre reprises au passage dans le thème général de chaque morceau par des mots dont c’est l’initiale … De Alive, Amatory ou About pour le « A » à Mother, Mary ou Monster pour le « M », le multi-instrumentiste invite quelques complices comme Rémy Cazenave aux basses et N. Edrudt à la batterie ou encore quelques voix additionnelles mais s’efforce avant toute autre chose d’aller en personne au plus loin de sa propre œuvre pour la rendre encore plus dense et encore plus torturée que tout ce que l’on avait pu imaginer. Il y a du génie dans ce nouveau projet, c’est le moins que l’on puisse dire !

Fred Delforge.

Retour en haut

MusicInBelgium :

The Odd Gallant marque le retour à la musique deGuillaume Cazenave, un artiste français qui avait passé ces dernières années à faire de la production de courts-métrages et de films publicitaires. Car Guillaume Cazenave est un touche-à-tout qui donne aussi dans l’écriture de romans ou de nouvelles, l’illustration et bien sûr la musique. C’est de ce talent-là dont nous allons parler avec la sortie du cinquième album de Guillaume Cazenave, « AM », attribué à The Odd Gallant.

Cela faisait neuf ans que Guillaume Cazenave n’avait plus sorti de disque. Et pour se rattraper, il a sué pour accoucher d’une œuvre forte et profonde, complexe et déroutante. On démarre avec le concept de l’album, un « AM »dont la signification veut simplement dire que les treize morceaux qui composent le disque sont les treize premières lettres de l’alphabet, A à M. Chaque morceau porte donc un titre « A », « B », « C », etc, jusqu’à « M ». Evidemment, on imagine tout de suite que la suite de l’alphabet sera traitée dans une deuxième partie et effectivement, c’est prévu : l’album « NZ » est déjà en chantier.

Mais ces morceaux revêtent une autre caractéristique, tous les mots des chansons commencent par la lettre qui fait office de titre, et en anglais, qui plus est. Guillaume Cazenave avoue avoir souffert pour rédiger ces textes qui se contentent d’égrener des mots semblant de prime abord dépourvus de liens entre eux mais dont l’énoncé finit par créer du sens, même si aucune syntaxe ne les structure en véritables phrases.

Et lorsqu’on en vient à la musique, on est également frappé par la subtilité des constructions, qui allient rock progressif aventureux à la Gong ou Magma, rigueur constructiviste king crimsonienne et grain de folie hérité de Devin Townsend ou Mike Patton. Guitare, basse, batterie mais aussi synthétiseurs et cuivres servent un chant aux facettes multiples, à la fois crooner et symphonique, entre Divine Comedy et John Wetton.

C’est effectivement un grand-œuvre auquel s’est livré Guillaume Cazenave dans ce passionnant album, qui réunit à la fois un certain classicisme seventies mais également beaucoup de graines jetées vers l’avenir, en espérant une germination dans les têtes des nouvelles générations de musiciens. On attend avec impatience la suite de ce parcours audacieux de l’alphabet, j’ai toujours eu envie de savoir quelle lettre faisait suite à M…

Note : 4

François Becquart.

Retour en haut

MusicWaves :

banniere musicwaves v2

Il y a des groupes dont chaque album ressemble à celui qui l’a précédé et annonce celui qui le suivra. Il y a des disques dont on connaît au bout de quatre mesures tout le propos musical qu’ils véhiculent. Il y a des artistes qui jouent à 95 ans la même partition que celle qu’ils jouaient à 15. Et puis il y a les bizarres, les transverses, les déviants, les imprévisibles. Guillaume Cazenave est de ceux-là.

Ses deux albums précédents, « The Mediation Project One – Worship Scraped » et « The Mediation Project Two – Second System Syndrome », parus respectivement en 2003 et 2006, avaient déjà été fort appréciés par la rédaction de Music Waves pour leur audace et leur approche novatrice (on y parlait de génie tout de même !). Après 9 années passées à s’adonner à diverses activités (écriture de romans et de nouvelles, réalisation de courts métrages), il revient à la musique avec un projet au moins aussi original que ses prédécesseurs : « The Odd Gallant – AM ».

« The Odd Gallant » se réfère au besoin de séduction de tout être humain, rendu bizarre par le prisme d’une éducation trop conventionnelle, un concept traduit par la musique chargée de nous « séduire d’une manière bizarre ». Concept dans le concept, le sous-titre AM (qui préfigure un second album sous-titré NZ) cache une contrainte que s’est imposé l’artiste : non seulement, chaque titre a pour seul nom une lettre de l’alphabet (A, B, C, une méthode déjà adoptée par Guillaume Cazenave pour son roman « Dogs » dont les chapitres intitulés de A à Z prouvent que l’homme a de la suite dans les idées), mais les paroles de chaque morceau commencent obligatoirement par la lettre du titre auquel elles appartiennent (que des mots en A pour ‘A’, en B pour ‘B’, …).

Si l’idée est amusante, on peut être inquiet quant au résultat : il n’est pas rare qu’un artiste, perdu dans un concept ambitieux, en oublie le principal : la musique, celle-ci se voyant sacrifiée à un esthétisme abscons.Guillaume Cazenave évite ce piège et, sans oser dire que ses compositions s’appréhendent facilement, elles conservent néanmoins une musicalité qui ne se dément jamais. A la complexité des textes, Guillaume Cazenave ajoute celle de mélodies étranges, souvent sombres mais capables de fantaisies, constituées de superpositions de couches d’instruments installant une atmosphère dense.

Si « The Odd Gallant – AM » renoue parfois avec la violence saturée des deux opus précédents (‘C’ à la « dance » robotique teinté d’indus, ‘F’ aux sonorités futuristes), il réserve aussi de nombreux passages plus calmes, régulièrement ponctués de beaux instants de piano ou saupoudrés de percussions aériennes. Guillaume Cazenave recourt également régulièrement à des banques de sons d’instruments classiques (violons, violoncelles, clarinette, hautbois, saxophone, trompette, …), ajoutant à la dimension dramatique de ses compositions qui alternent plages mélancoliques et crescendos paroxysmiques entre guitare hawaïenne, koto japonais et sax jazz-rock.

Enfin, impossible de ne pas parler du chant, omniprésent sur cet album. « Chant » pouvant sembler parfois inapproprié et se remplaçant avantageusement par cri, déclamation, éructation, transe lancinante ou déclamatoire selon les titres. Le timbre, rauque, guttural, rappelle les prestations d’un Klaus Blasquiz (Magma) qui aurait pris froid et dont la voix charrierait des cailloux à la façon de Louis Armstrong. Comme pour la musique, l’impression est étrange mais musicale.

« The Odd Gallant – AM » fait partie de ces albums qui révèle un nouveau secret à chaque écoute. Conceptuel mais pas pédant, complexe mais pas hermétique, dense mais pas fouillis, il réussit le tour de force d’être original et expérimental tout en restant à la fois mélodieux et abordable. Il faut certes avoir un peu le goût de l’aventure pour apprécier pleinement mais, loin d’être réservé aux initiés, il pourra plaire à tous ceux que les sempiternels couplets/refrains/ponts ennuient.

Note : 4/5

Corto 1809

Retour en haut

Progcritique :

« The Odd Gallant » est le projet musical du musicien Français Guillaume Cazenave, auteur, compositeur, interprète, producteur mais aussi graphiste, réalisateur et romancier, investi depuis plus de 15 ans dans des projets artistiques nombreux. Il nous propose aujourd’hui son cinquième album, le premier opus de The Odd Gallant (AM). (Sortie le 20 octobre 2015)

Plutôt proche du rock progressif, avec des influences variées, comme Devin Townsend, King Crimson, Gong, Magma et quelque fois Pink Floyd.

Concept original le titre de l’album « AM » se réfère aux morceaux qui composent l’album dans la mesure où chaque titre a pour nom une lettre de l’alphabet (une contrainte de composition que s’est fixé l’auteur).

Guillaume a pris une direction musicale originale pour cet  album, mélangeant les genres, partant dans toute les directions mais en restant toujours aussi frais, inspiré et contemporain. Nous découvrons dans cet opus, une musique intemporelle.

Ajouté à cela une bonne technique de composition ou se heurtent les inspirations, classiques européennes, rock, psychédéliques et jazz.

Mais ce qui rend « AM » d’autant plus spécial, c’est qu’il nous permet de (re)découvrir la musique par la synthèse des parties aussi bien nuancées qu’excentriques.

La voix rauque de Guillaume, des cris, gémissements et chuchotements, pas vraiment de texte, mais un assemblage de mots commençant par la lettre du titre, déclamés dans chaque morceau, concept oblige. Des claviers moqueurs, l’entrelacement des cuivres, une rythmique aux lignes complexes, des chœurs éthérés, des guitares ambiguës dégageant une indescriptible harmonie, tel est l’univers de « The Odd Gallant » – « AM ».

Il est audacieux de vouloir reproduire un « Vocabulaire musical ». Les influences extérieures assimilées, Guillaume Cazenave l’inspirateur du projet, a pu développer pour ce concept une vision originale et propre à lui.

Un petit bijou.

On attend avec impatience la suite de l’alphabet de « The Odd Gallant« , les lettres de N à Z.

Note : 4,75/5

Gabriel Badelier

Retour en haut

Clair & Obscur :

The Odd Gallant est un projet tous azimuts issu de l’imagination fertile de Guillaume Cazenave, bordelais fasciné par les artistes qui cherchent à sortir des sentiers battus en mettant en avant un hétéroclisme sans bornes, mais néanmoins structuré. « AM » est un nouvel opus qui s’appuie sur les 13 premières lettres de l’alphabet pour reconstituer un dictionnaire abrégé dans la langue de Shakespeare. Il s’agit donc du premier volet d’un concept tournant autour de l’alphabet. Dans cette mise en musique du dictionnaire, on est loin de l’ABC qui nous était enseigné petits sur une mélodie simple (même si un clin d’œil lui est concédé en clôture de cet ouvrage). On navigue en effet davantage dans un syncrétisme bunglien où se télescopent musique de cirque, psychédélisme pop, musique de film et chant syllabé. Accompagné de trois acolytes sur son « bateau Ivre », le français le fait tanguer sur des rythmes chavirés et des voix emportées. Privilégiant les atmosphères à la démonstration, c’est donc très peu de solos (semblant d’ailleurs s’en plaindre dans leurs gémissements) qui sont jetés sur la place publique, place étant plutôt faite au grandiloquent voire à un grand-guignol suggéré par le côté théâtral des arrangements et la gravité solennelle du chant. Ce dernier se limite le plus souvent à scander des mots commençant par la lettre du titre, ce qui va de pair avec l’autre versant de la musique de notre hurluberlu : l’humour. L’influence de Frank Zappa se fait en effet sentir au travers des claviers amusés, du xylophone cartoonien, des cadences erratiques, des cuivres furtifs, ou encore des chœurs décalés. Par ailleurs, là où le rayon de féerie du glockenspiel nous éblouit, le clair de mélancolie du piano s’associe aux vapeurs spectrales de l’Hammond et aux tourments des cordes pour nous laisser encore plus songeurs devant un univers étrange mais fascinant. En attendant le second tome du dictionnaire selon The Odd Gallant, soit les lettres N à Z, nous pouvons déjà nous imprégner d’un premier tome qui propose un vocabulaire si vaste qu’il contribuera à entretenir notre jardin musical.

Lucas Biela.

Retour en haut

Blog à part :

Alerte copinage: The Odd Gallant, projet de rock progressif, est le fait du musicien français Guillaume Cazenave, qui m’a contacté pour parler de AM. Ceci est donc une forme de service de presse et je suis du coup mal placé pour dire du mal de son premier album (sous ce nom de projet; son cinquième en tout). Ce qui tombe bien, parce que ce AM est objectivement plutôt bon.

The Odd Gallant propose, dans cet album, une musique assez éclectique, qui sonne un peu comme du rock progressif contemporain, mais avec une inspiration qui se tourne vers les bidules les plus expérimentaux des Temps Anciens. Genre, King Crimson. Mais pas que: il y a aussi de fortes influences jazz et, en cherchant bien, quelques clins d’œil à Devin Tonwnsend.

Conçu d’une certaine façon comme un concept-album, AM doit se comprendre comme « de A jusqu’à M », chaque lettre ayant plusieurs significations. Soit treize morceaux durant entre deux et neuf minutes, avec une durée totale de l’ordre de 65 minutes. Un deuxième album, logiquement intitulé NZ, est d’ors et déjà prévu.

Bon, musicalement, le côté concept album a quelque peu été oublié en rase campagne: comme mentionné, AM propose un échantillonnage sonore très varié, avec certains passages de prog moderne, d’autres plus jazz-rock, voire jazz début XXe siècle. Plus des cris d’animaux. Je suppose que ça fait partie du concept.

Qu’on ne s’y trompe pas: je trouve le côté nawak assumé de la musique plutôt cool. Il y a comme une ambiance steampunk dans cet album: un classicisme bricolé pour être modernisé et qui, de temps à autres, se barre complètement en gonade pour le plus grand plaisir des enfants.

Par contre, je dois avouer avoir parfois du mal avec la voix. Guillaume chante sur un registre grave et rauque, un peu « Joe Cocker chante le blues » et, si ça passe plutôt bien en général, il y a des moments où ça coince un chouïa. Mais le reproche est mineur et je sais d’expérience que je peux être chiant sur des trucs que la plupart de mes contemporains aiment bien.

Le vrai truc sympa, c’est que The Odd Gallant ne sonne pas comme une énième resucée de tel ou tel groupe. Sans aller jusqu’à dire que c’est un projet original, il a une démarche qui lui est propre et un son qui, s’il est très varié, apporte à l’ensemble une couleur assez unique.

Même si le projet est terminé, AM ne sortira qu’en octobre. Pourquoi je vous en parle maintenant – à part pour me vanter de l’avant-première, s’entend? Eh bien parce qu’il fait l’objet d’un foulancement sur IndieGoGo, qui permettra à l’auteur d’en produire un version physique, avec un livret richement illustré, en plus de la version numérique.

En attendant, vous pouvez trouver un extrait sur Soundcloud et quelques teasers à gauche et à droite. Jetez-y une oreille. C’est bizarre, mais c’est plus que sympa !

Stéphane Gallay.

Retour en haut